Intersyndicale CFDT, CGT, FO & SUD

Posté par Antonio-Bernard TUDOR, le 22 mars 2021

Nouveau variant social, plus destructeur que la Covid-19…

L’argent de la SNCF (vos impôts) ne doit pas servir à renflouer les poches de Sadran!

Sur fond d’arrêt total d’activité et de crise sanitaire, la direction de NEWREST devance le résultat officiel de l’appel d’offres en mettant en place une réorganisation sans précédent de l’ensemble de notre activité, qui va entraîner de nombreuses répercussions tant au niveau du SAB qu’au niveau SAT.

La création d’un axe unique Paris inter-gares dès la reprise d’activité

Newrest impose à tous les agents commerciaux parisiens des plannings mixant l’activité de la Gare de l’Est, Gare Montparnasse et Gare de Lyon confondues, dont le but premier est de mieux optimiser la planification des commerciaux en fonction de l’activité (augmentation du nombre d’heures travaillées, etc.).

#1 Ce projet déroge aux stipulations de notre accord NRF en vigueur.

#2 De nombreuses répercussions sur les conditions de travail dont la direction refuse éperdument d’en aborder le moindre aspect au sein de ce projet.

#3 Une meilleure optimisation des agents, destinée à effectuer à terme la prise de service directement à bord des trains. Face à ce silence assourdissant de NEWREST, vos élus, toutes organisations syndicales confondues, ont voté une expertise technique chargée d’analyser les impacts de ce projet important sur l’articulation vie pro’ / vie perso’, sur les conditions de travail et sur la santé au travail. Expertise que la direction conteste…

#4 Les agents commerciaux délocalisés et / ou situés au sein des différentes antennes de province ne sont pas épargnés pour autant puisque d’autres projets seront mis en place dans un second temps.

Réorganisation de l’activité du service à terre Facilit’Rail

#1 Démontage des outils de travail qui allégeaient la pénibilité sur le site de Charenton.

#2 Fermeture de l’activité de production et de réception à Charenton le dimanche. Elle est associée à un allongement des cycles, qui entraînera des répercussions sur la rémunération des sédentaires et des commerciaux ainsi que sur la qualité de service due aux usagers.

#3 Selon la direction, il resterait plein de sources d’économie à faire dans l’activité. Sur le dos des salariés, évidemment !

La restructuration de l’ensemble des services caisse au 1er juin 2021

#1 L’évolution des outils technologiques et des procédures d’encaissement va permettre une intégration directe du chiffre d’affaires généré par le commercial lors de la fermeture de service dans MyPOS, sans aucune intervention préalable du service caisse vers notre établissement bancaire (l’agent commercial versera ses espèces dans un nouveau coffre connecté au logiciel MyCaisse, lui-même directement connecté à notre banque).

#2 Désormais, l’agent caisse se charge uniquement d’intégrer manuellement les paiements en titre repas, devises étrangères et divers types de vouchers qui ne représentent que 2 % du volume global des encaissements.

#3 NEWREST refuse d’évoquer toutes les répercussions en matière d’emplois engendrées par ce projet ! La fusion de la coordination centrale et de la gestion des aléas du GQP dès la reprise d’activité

#1 Les salariés au sein de ce nouveau profil de poste assumeront toutes les missions actuelles de la coordination centrale, mais aussi toute la gestion quotidienne du GQP (aléas quotidiens, gestion des absences, modification des réservations d’hôtel et taxi, réaffectation de l’activité en cas de perturbations, etc.).

#2 Tout cela sans augmentation salariale. Nous ne savons même pas le positionnement de ce nouveau profil de poste en matière d’organisation de service, planification, escalier professionnel et rémunération afférente. Cette restructuration aura des répercussions en matière d’emplois et de répartition de charge de travail entre les sites.

Grande journée de rassemblement

Contrairement aux mensonges proférés par Éloi Courcoux dans sa lettre de propagande adressée récemment à l’ensemble des salariés, ces trois projets de réorganisation ne sont pas les conséquences inévitables d’une crise sanitaire sans précédent, mais bel et bien l’aboutissement d’un travail de sape acté bien avant l’émergence de cette crise sanitaire et économique. Et cela dans le seul but de continuer à pomper les généreuses subventions accordées par la SNCF au sein du contrat d’exploitation de la restauration ferroviaire. En effet, pour maintenir ses profits et montrer à la SNCF qu’elle est prête à tout pour empocher ses subventions, la direction de NEWREST impose sans complexe sa volonté : nous, les salariés, ne sommes qu’une simple variable d’ajustement ! Convaincu que le personnel est asphyxié par la perte de salaire – que la direction a volontairement refusé de compléter à 100 % – et l’angoisse de suppressions d’emplois, NEWREST va détruire nos acquis et délabrer nos conditions de travail.

MOBILISONS-NOUS
Le jeudi 25 mars, de 10h00 à 16h00 à Montparnasse 

Votre équipe CFDT Restauration ferroviaire

Je télécharge le e-tract en cliquant ici

Contact | Mentions légales | Crédits | Flux rss