NEWREST

Posté par Antonio-Bernard TUDOR, le 16 novembre 2021

Négociation annuelle obligatoire (NAO)

La CFDT est prête à se mobiliser pour tous les salariés, sans exception

Notre organisation syndicale demande à la direction de NEWREST de prendre ses responsabilités sur les salaires. La CFDT fait de la revalorisation salariale une priorité pour la simple et bonne raison que le niveau de rémunération au sein de notre entreprise est devenu inacceptable.

Notre travail ne nous permet plus de vivre dignement, alors que le patron et les actionnaires se partagent 15 millions d’euros ! Pour la CFDT, si la morale et l’indécence ne font rien à la conscience de certains, notre rôle d’organisation syndicale responsable nous oblige à dénoncer et exiger un juste retour des efforts fournis par les salariés.

Notre combat

Une vraie revalorisation salariale : un combat qui est en phase avec la dynamique nationale de revalorisation salariale présente dans toutes les entreprises de France. La CFDT demande que le salaire de base soit la pierre angulaire de notre rémunération, la référence pour notre rémunération. 

Cette exigence découle de deux facteurs qui sont les causes de la précarité dans notre activité 

#1 La baisse de l’intéressement, qui est une part essentielle de notre rémunération

> Manque de marchandises à bord.
> Conditions de travail désastreuses.
> Logistique chaotique : il manque toujours une armoire de matériel, pas de chargement à bord, etc.

#2 La planification intensive par l’optimisation

> Nous travaillons plus pour un salaire de misère.
> Notre santé se dégrade de plus en plus : stress, un état psychologique désastreux, etc.
 > Tout est fait pour dévaloriser notre métier, ce qui génère une démotivation des salariés.

Pour la CFDT

Cette politique de précarité n’est plus acceptable. Le résultat économique n’est pas le simple fait du hasard, mais bien le résultat du dévouement de l’ensemble des salariés. NEWREST verse 15 millions de dividendes à ses actionnaires, dont Olivier Sadran, qui se taille la plus grande part du gâteau. Notre organisation syndicale ne remet nullement en cause le versement de dividendes, mais demande que le fruit du travail des salariés soit reconnu à sa juste valeur et que le mérite revienne à ceux qui apportent la valeur ajoutée par le biais du professionnalisme et l’expérience avec des conditions de travail d’un niveau exécrable jamais atteint dans l’histoire de la restauration ferroviaire. 

La part variable

L’intéressement n’est plus garanti au mois le mois. Les commerciaux sont confrontés tous les jours aux aléas catastrophiques de FACILIT’RAIL. La
non-conformité des chargements à bord est devenue la règle. La CFDT alerte depuis des années la direction de NEWREST sur le dysfonctionnement et les conditions de travail des commerciaux. Force est de constater que rien ne change. Pire, la situation est devenue endémique, voire structurelle.

Les fonctions support

Pour notre organisation syndicale, les fonctions support, maillon essentiel du fonctionnement de l’entreprise, sont aujourd’hui à un niveau de rémunération indigne. Les salariés sont les victimes d’une grille salariale d’une autre époque. Aucune possibilité d’évolution et de plus en plus de tâches à accomplir pour un salaire toujours identique.

Tenons-nous prêts à nous mobiliser pour un salaire décent. Exigeons notre part du fruit de notre travail. Faisons-nous entendre par la direction de Newrest.

Les cadres

Pour la CFDT, une entreprise, c’est avant tout un encadrement de qualité. Un cadre bien dans sa peau, c’est un manageur efficace pour l’ensemble des salariés. Force est de constater que la rémunération des cadres n’est pas à la hauteur de ce qu’il devrait être, c’est pourquoi nous exigeons enfin une reconnaissance de la valeur ajoutée de cette catégorie de salariés par une revalorisation salariale avec une variable de 20 % du CA. Notre organisation syndicale demande une réelle autonomie et prise de décision dans la politique managériale, des encadrants pour tirer le meilleur de chacun. Il n’est pas normal que l’écart salarial des hauts dirigeants soit multiplié par trois.

NAO : que retenir ?

En cas d’insatisfaction, la CFDT appellera à une mobilisation sans précédent !

> Pour la revalorisation conséquente des salaires.
> Pour l’évolution de carrière.

La CFDT dit stop à la précarité et exige un salaire de base digne ! Nous n’accepterons pas encore une mascarade lors de la négociation annuelle obligatoire. Le respect des collaborateurs commence par un salaire correct.

Je télécharge le e-tract en cliquant ici

Contact | Mentions légales | Crédits | Flux rss